Où es-tu, que fais-tu ? PV YUKI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Où es-tu, que fais-tu ? PV YUKI

Message  Arluss Findel le Mer 18 Mar 2015 - 18:56

Malgré l'arrivée récente d'Albert à la ville Rose, Arluss Findel d'Ukraine, premier serviteur de Dame Gemma de NobleSangue, Chien de Garde de l'Agora de Toulouse et meilleur des fils de son Père, attendait impatiemment. Rien ne pouvait lui expliquer décemment l'absence de la femme de ses rêves. Où était-elle partie ? L'avait-il déçue ? Seul le gémissement d'une putain à l'étage répondit à ses questions muettes. Oh l'absence de la maîtresse lui avait permis de développer la branche sudiste de son commerce. Mais malgré le sang et le tempérament chaud des filles qu'il avait recruté, il ne parvenait pas à oublier la Dame. Une idée l'obsédant, un manque créé par des années de servitude docile. Ses lèvres, sa peau, son souffle et son regard. La femme de Paul Howe était avant tout celle qu'il voulait épouser.

Arluss s'offrit le luxe d'un demi-sourire en faisant signe à ses trois concubines du moment. En six mois, il avait relevé le mac.. enfin l'agent de son réseau qu'il avait sur place, le jugeant trop laxiste. Il avait ensuite réduit deux ou trois autres bandes à néant, augmentant son cheptel et son influence par la même occasion. Bon, ce n'était pas digne de ce qu'il avait bâti du temps de son humanité dans la ville des lumières, mais c'était suffisant pour lui offrir quelques réconforts. De toute façon, il se murmurait entre les non-morts et leurs acolytes que le départ de la ville était devenu impossible. Qu'ils soient croisés, templiers ou emmerdeurs, ils semblaient mener la vie dure aux vampires, toutes familles confondues. Qu'importe. Il fallait bien tuer le temps.

Il avait commencé une étreinte depuis quelques minutes avec ses demoiselles personnelles quand quelque chose se brisa en lui. Le visage de sa belle se superposait chaque fois à la face de la putain qu'il prenait. A un moment, il dû même se mordre la joue pour se retenir de lui dire qu'il l'aimait alors qu'il la pénétrait, et un goût de rouille emplit alors sa bouche. La frustration et la rage emplirent peu à peu son cœur, et il perdit entièrement le contrôle, ne voyant plus la scène que de loin, comme s'il était spectateur de ses propres actes, derrière un épais voile couleur sang. Il lâcha alors prise avec le monde matériel et son esprit disparut dans les murs qui s'érigeaient quand il combattait pour la vie de celle qui faisait la pluie.. et son beau temps. Qu'il était simple de s'y réfugier, de laisser le Chien se battre pour lui, le.. non les défendre. Alors qu'il finissait de s'embrumer, une dernière question traversa fugacement son esprit : Étais-ce une occasion de se battre ?

Le mignon le plus connu de tout Toulouse reprit soudainement ses esprits au milieu d'une flaque de sang. Visiblement, pas le sien, vu qu'il n'eut aucun mal à se remettre debout. Aucune douleur, aucun élancement. Juste les restes de la satisfaction sauvage du Chien. A sa droite, glissant sur la surface poisseuse recouvrant le sol, une langue arrachée semblait légèrement frémir, comme pour narguer son assassin. La pièce entière était le reflet de cette scène, un massacre sanglant qui avait du assouvir les craintes et les pires peurs de l'animal qui l'habitait. Mais, à l'inverse de son alter-ego, le fait qu'il ait pu commettre de tels actes perturba le blond, mais sans l'effrayer. Il était trop perdu pour tout suivre... pourquoi... Croisant son propre reflet dans la glace, il y vit un jeune homme au corps sculpté, aux traits tirés et à la peau terne... Le tout couvert de sang, qui coagulait en partie dans sa longue chevelure. Entièrement nu, il ne remarqua même pas les quelques griffures qui striaient sa peau. Les prostituées avait du vouloir se défendre, bien qu'elles n'aient pas eu la moindre chance. Qu'étaient-elles face à un être supérieur ? Esquivant les morceaux de cadavres, Findel décrocha son téléphone et laissa un message à Albert :

J'ai besoin de toi. Faudrait que tu fasses un nettoyage au club. Rapidement.  

Moins d'une quinzaine de minutes après, le jeune Ukrainien quitta le bâtiment huppé, propre sur lui et en costume à pinces, le regard droit, comme si rien n'était jamais arrivé. De toute façon, il savait que personne ne se poserait aucune question, et que nul ne pourrait entrer dans la pièce du meurtre avant le mignon délégué à cette tâche. Serpentant parmi quelques ruelles sombres, le proxénète tapota innocemment la crosse de son 1911, scrutant la pénombre. Son instinct l'attirait vers cette ruelle. Que ce soit une aide d'un dieu quelconque ou une simple spéculation, il savait qu'il allait trouver quelque chose. Sans hésitation, il s'enfonça de plus en plus loin dans les bas fonds de ces lieux avant d'apercevoir entre deux immeubles sombres et crasseux, une paire de jambes étendues sortant d'un tas de poubelles disposées dans un coin. Une once de crainte traversa son cœur et son âme. Gemma ? En quelques pas il fut sur le corps qu'il dégagea frénétiquement. Une vieille femme, probablement sans domicile, reposait ici dans son dernier sommeil, terrassée par le froid et la faim. Mais dans le regard d'Arluss, rendu fou par l'absence, c'était Gemma, sa douce et belle maîtresse, l'amour de sa vie qui reposait là, dans ses bras, abattue, vaincue...

Il s'agenouilla alors à ses pieds, la prenant dans ses bras, indifférent à l'odeur de pourriture qui s'échappait du cadavre et sanglota, pleura, hurla à s'en déchirer les poumons et se prostra... pendant des heures, sans discontinuer, il hurla...
avatar
Arluss Findel

Messages : 2
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 23
Localisation : Ukraine :> Paris :> Toulouse

Carte d'identité
Influence politique:
0/0  (0/0)
Réputation:
0/0  (0/0)
Richesse:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où es-tu, que fais-tu ? PV YUKI

Message  Yuki Hoshino le Mer 25 Mar 2015 - 0:08

Un bruit de chaise raclant le sol résonna dans la chambre. Elle n'en pouvait plus! D'un geste à la fois désespéré et rageur, elle envoya valser les nombreux documents dont les feuilles s'éparpillèrent sur son bureau, dans le même désordre qui animait son esprit. Déjà sur ses jambes, elle prit à peine le temps d'enfiler son manteau avant de quitter l'appartement. Elle savait pertinemment qu'au petit matin elle aurait à regretter les remontrances que lui feraient subir ses colocataires, une nouvelle fois ignorants de son absence nocturne. Mais pour ce soir, elle n'en avait cure. Bon sang, il lui fallait prendre l'air avant qu'elle ne devienne folle!


Sa marche sous la Lune ne l'aida pas plus à relâcher les rennes de ses pensées qui s'acharnaient à la ramenaient sur ses diverses recherches. Depuis qu'elle avait commencé à enquêter, elle avait l'impression de s'enfoncer à chaque fois plus profondément dans des affaires qui ne la regardaient pas, mais qui en un sens également étaient tout de même liées à sa situation actuelle. De frustration, elle ne remarqua que bien tard qu'elle était suivie.

Elle se savait comme un phare pour les êtres assoiffés de sang, là où les humains ordinaires n'étaient que de faibles bougies à la flamme vacillante. Cependant, ce soir ce n’était ni plus ni moins que deux simples gigolos qui voulaient s’amuser un peu, pensant avoir affaire à une jeune demoiselle esseulée. Ils restaient quelques pas en arrière, échangeant quelques vannes à mi-voix, laissant échapper de temps à autres un ricanement à peine étouffé.
Manque de chance pour eux, elle n’était clairement pas d’humeur à plaisanter. Bien au contraire. Elle décida de quitter les grandes allées de Toulouse et de pénétrer plus en profondeur dans les ruelles de la ville rose. Même lorsqu’elle finit par rejoindre une impasse qu’elle connaissait bien, les deux hommes la suivirent gagnant en assurance, ne trouvant certainement pas déplaisant le fait qu’elle s’isole encore davantage. Quelle terrible erreur ils avaient fait de la poursuivre ainsi…

Il ne fallut que quelques menues minutes à la jeune sorcière pour quitter le cul-de-sac sans encombre. Dans l’allée gisait deux corps inconscients. Nulle trace de sang, aucun coup porté. Quiconque passerait par là penserait avoir sous les yeux deux jeunes fêtards ayant trop consommé pour s’endormir ainsi n’importe où.


Décidément, la franco-japonaise ne parviendrait pas à se détendre, et, malgré la déplaisance que cela lui inspirait, elle se sentait forcée de rentrer à l’appartement. C’est alors qu’elle l'entendit. Ce cri de désespoir, ce pleur de disgrâce. Elle suivit à l’oreille ce flot de paroles à peine sensée, touchée malgré elle en plein coeur par tant de désolation. Elle était humaine, mais également d’une empathie à fleur de peau. Impossible pour elle de ne pas répondre à cet appel, malgré sa méchante humeur évaporée dans l’instant.

Yuki finit par trouver un jeune homme, agenouillé, courbé, presque brisé sur le cadavre d’une vieille femme certainement décédée dans les dernières heures par la fraîcheur ambiante. Le printemps étant là, les centres d’accueil pour personnes sans-abri étaient déjà la clé sous la porte. Les nuits n’étaient pour autant pas encore des plus chaleureuse et hospitalières…
Il lui fallut s’avancer encore pour comprendre ce que répétait sans cesse cet être : “Gemma”. Reconnaissant cette dénomination, elle finit par soudainement mettre un nom sur celui qui lui tournait encore le dos et ne semblait pas la remarquer : Arluss. Comment ne l’avait-elle pas reconnu? Pourtant son accoutrement, ainsi que sa chevelure et carrure auraient dû la mettre sur la voie. Elle se précipita vers lui, s’accroupissant à ses côtés et le saisissant par l’épaule :

Arluss… Ce n’est pas Gemma, relâche cette pauvre femme. Qu’est-ce qui t’arrive bon sang?Sa voix prit une octave de chagrin Je croyais que tu étais toujours à ses côtés.
avatar
Yuki Hoshino

Messages : 37
Date d'inscription : 08/09/2014
Age : 25
Localisation : Quelque part à Toulouse

Carte d'identité
Influence politique:
400/1000  (400/1000)
Réputation:
400/1000  (400/1000)
Richesse:
50/1000  (50/1000)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum